Qualité des eaux

Dès 1990, Surfrider Foundation Europe s’est spécialisé dans le suivi et l’analyse de la qualité des eaux.

Dès 1990, Surfrider Foundation Europe s’est spécialisé dans le suivi et l’analyse de la qualité des eaux. Engagée dans une démarche concertée avec l’ensemble des acteurs locaux, Surfrider Europe souhaite améliorer la communication liée aux résultats eux-mêmes mais également les enquêtes initiées en cas de dépassement des seuils bactériologiques décrits dans la réglementation. Ce sont également les nombreux travaux réalisés dans son réseau de laboratoires qui permettent à Surfrider Europe de bénéficier d’une expertise avancée.

Reconquérir les eaux d’activités nautiques

La pratique d’activités nautiques sur le littoral est en constante croissance. Ces sports s’exercent tout au long de l’année sur des secteurs souvent différents de ceux de la baignade. Surfrider Foundation Europe estime que la santé et la sécurité de cette population doivent être garanties au même titre que celles des baigneurs. Pour cela, Surfrider Europe développe quatre programmes destinés à répondre à cette problématique de la qualité des eaux en zone d’activités nautiques.

Annual water quality monitoring of recreational areas

Sanitary surveillance of bathing water quality is carried out by officials throughout the bathing season. They organize water monitoring in collaboration with people in charge of bathing waters and relevant local authorities. Surfrider implements additional monitoring all year long to support these official tests by focusing on recreational coastal areas – surfing, windsurfing, diving, kayaking spots, which are not subject to any specific regulation.

Le suivi de la qualité chimique de l’eau

Souhaitant aller plus loin sur la question des pollutions émergentes, Surfrider a intégré à son réseau de suivi le paramètre chimique afin de mieux comprendre les origines de ces pollutions ainsi que les impacts tant sur le milieu marin que sur la santé humaine. Le laboratoire méditerranéen est référent sur cette question : travail bibliographique et de recherche concernant les risques sanitaires liés aux substances chimiques présentes dans l’environnement, puis recherche sur la présence d’hydrocarbure dans le littoral. Par an, 300 analyses chimiques sont effectuées, principalement sur les hydrocarbures mais aussi des analyses sur le cadmium, le mercure, les alkyl-phénols, les parabènes, les phtalates et les engrais.