Début du combat : 06/08/2020

Suite à une fuite de solution de chlorure ferrique du site de l’entreprise Kem One de Lavéra à Martigues, une nappe toxique s’est formée dans le golfe de Fos, entrainant notamment la fermeture de plusieurs sites de baignade.

 

RÉSUMÉ DE LA SITUATION 

 

Dans la nuit du 22 au 23 juillet 2020, une fuite est détectée au niveau d’un bac de stockage de solution de chlorure ferrique au sein de l’atelier de production du site Kem One de Lavéra, à Martigues. Ce produit corrosif, principalement utilisé pour le traitement des eaux usées, a transité par le réseau fluvial du site, s’est déversé dans la Méditerranée et a créé une nappe acide polluante d’environ 6 hectares au niveau de l’anse d’Auguette.

La mobilisation de moyens importants tels que quarante marins-pompiers et dix sapeurs-pompiers ainsi qu’un avion de surveillance et un navire spécialisé dans la dépollution en mer, a permis la disparition de la nappe. Les mesures d’interdiction de baignade et activités nautiques dans la zone prononcées au matin ont été levées le lendemain, suite aux résultats d’analyse qui n’ont montré aucun écart par rapport à la composition normale de l’eau de mer. Cependant, malgré ces analyses et la disparition de la nappe, des conséquences de cet incident sur la faune et la flore marines sont à craindre.

LES DÉFENSEURS

 

Plusieurs associations environnementales et de nombreux locaux se sont mobilisés autour de cet incident. Notre bureau marseillais est en charge de l’action juridique engagée avec le soutien terrain de notre antenne bénévole des Bouches-du-Rhône.

STATUTS ENVIRONNEMENTAUX

 

Le chlorure ferrique est habituellement utilisé pour la purification des eaux. Utilisé en grande quantité, il peut nuire à l’environnement et aux usagers. Des études pour déterminer les impacts de la fuite sont en cours.

CONTEXTE JURIDIQUE

 

Surfrider Europe dépose une plainte pour les rejets de substance nuisible ayant entrainé des pollutions des eaux. Il appartient ensuite au Procureur de la République de décider si des poursuites seront engagées ou non contre l’industriel.

NOTRE REQUÊTE

 

Bien que la nappe ne soit plus visible aujourd’hui, l’impact écologique de cette pollution chimique sur les espèces marines reste conséquent. Surfrider Europe demande que Kem One soit reconnue responsable pour les dommages causés.

 

Rejoindre notre antenne ici !