Début du combat : 09/07/2012

Closing date of the file : 13/05/2016

Fight won by : Jean-Vincent

Le 05 juillet 2012, un accident est survenu dans l’usine papetière Smurfit Kappa, à Biganos (Gironde), provoquant la fissure d’une cuve. Ladite fissure a causé le déversement de centaines de mètres cubes de liqueur noire dans le Lacanau, ruisseau qui se jette dans la Leyre, principal affluent du bassin d’Arcachon. Malgré les conséquences de l’accident, le Préfet a autorisé l’usine à rejeter 50 000 m3 de liqueur noire via la canalisation du Wharf de la Salie, par un arrêté préfectoral (09 juillet 2012) menaçant tant les usagers que la faune et la flore de cette zone particulièrement sensible.

Surfrider Foundation Europe a porté plainte à l’encontre de Smurfit, le 25 juillet 2012 suite au rejet de la liqueur noire dans le milieu naturel. Le procès aura lieu le 24 juin 2013 au tribunal de Bordeaux. Depuis le départ, SFE antenne Gironde s’est mobilisé autour du Gardien pour lui apporter son soutien, de même que l’association Le betey, une plage boisée impliqué dans un autre combat.

Le 28 juillet 2012, deux rassemblements ont été organisés : le premier par la population « Marche dans les rues d’Arcachon jusqu’à la sous-préfecture » (plus de 500 personnes), le second par Surfrider et Jean-Vincent, le Gardien de la Côte, « Grève des activités nautiques » pour demander l’arrêt total des rejets via le Wharf. Cette dernière, dont la vidéo est disponible sur vimeo, a rassemblé plus de 150 personnes. Grâce à cette vidéo, SFE a informé l’ensemble de ses adhérents sur cette agression environnementale.

Une réunion d’information a été organisée le 7 octobre 2012 par l’association « Michel d’Agata », dont le Gardien est membre, l’antenne locale et SFE pour revenir sur les actions menées localement. La papeterie a décliné l’invitation, mais s’est engagée à entamer une communication avec les usagers (pêcheurs, surfeurs…) à laquelle le Gardien participe. Celui-ci a su mettre en place un dialogue concret entre Smurfit, le Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon (SIBA) et les écoles de surf, concertation locale jusqu’alors inédite. Une rencontre entre ces acteurs a permis de se mettre d’accord pour la création d’un protocole d’alerte lorsque l’eau paraît suspecte. Des relevés sont alors effectués par les clubs de surf pour être ensuite transmis au SIBA pour analyse. Toutes les parties concernées en sont dès lors alertées.

Historiquement, jamais une telle rencontre n’avait été envisagée. Celle-ci se répète chaque trimestre, avec un dialogue transparent et constructif, dans l’objectif de progresser ensemble.

Le Gardien

Jean-Vincent est un des membres fondateurs de l’association « Michel D’Agata ».

Jean-Vincent