Début du combat : 28/10/2015

Fight won by : Philippe

Depuis quelques années un conflit d’usage oppose pratiquants d’activités nautiques et pêcheurs professionnels sur la zone de Capbreton.

RÉSUMÉ DE LA SITUATION

Les pêcheurs professionnels pratiquent du 1ermai au 30 octobre la pêche du bar au filet maillant encerclant dans les baïnes. Les navires déposent une extrémité du filet sur le patin de sable de la baïne, puis à très grande vitesse pour surprendre le poisson et le piéger, ils dessinent une spirale puis foncent vers le rivage, longent le ressac à quelques mètres et viennent « encercler » le poisson. La technique utilisée est pratiquée proche du rivage dans une zone également fréquentée par les pratiquants d’activités nautiques notamment des surfeurs. Des surfeurs nous ont fait part de leur inquiétude face à la présence des filets, de peur d’être blessés ou piégés par ces engins de pêche.

Cette technique a un impact non négligeable sur le milieu aquatique et notamment, pour ce cas précis, sur la population des bars cette espèce étant menacée de disparition. Les nuisances physiques (bruits, odeurs) et environnementales ont fait l’objet de plusieurs plaintes et mains-courantes qui ont été déposées par les stations balnéaires ainsi que par la Fédération de Surf en 2015.

NOS DEFENSEURS

Face à cette menace qui pèse sur l’environnement et sur les usagers, Philippe Garcia, amoureux de son littoral et de la pêche, s’investit avec toute l’énergie possible pour assurer une pêche durable et la sécurité de tous les usages . Il a lancé une pétition, alerté les médias et porté haut son combat qui, s’il se porte sur la côte Aquitaine, touche bien au-delà. Au-delà d’actions de sensibilisation locale, de discussions, de ralliement à sa cause, il a choisi de monter un dossier Coastal defenders afin de se faire accompagner par Surfrider Foundation Europe.

CONTEXTE JURIDIQUE

A ce jour, un arrêté du 26 juin 2006 indique que « la pose et la présence de tout filet sont interdites du 1er juin au 30 septembre entre 08h et 20h le long de la côte du département des Landes et Pyrénées Atlantiques dans une zone comprise entre la limite des eaux à l’instant considéré et 300mètres vers le large ». Un deuxième arrêté vient quant à lui préciser que la vitesse est limitée à 5 noeuds dans la bande des 300m, et que cette zone étant réservée aux baigneurs, surfeurs et pratiquants d’activités nautiques, les allers et retours des véhicules nautiques à moteur sont autorisés  » selon une trajectoire autant que possible perpendiculaire par rapport au rivage.  » Les pêcheurs professionnels concernés affirment de leur côté détenir une autorisation de la DML (délégation de la mer et du littoral). Une enquête est ouverte au parquet de Dax depuis Novembre 2018.

NOTRE DEMANDE 

Que les pêcheurs professionnels et les surfeurs puissent cohabiter en toute sécurité dans le respect des diverses réglementations et tolérances liées à l’exercice de leurs activités.

Vendredi 12 juin 2020, le Tribunal maritime de Bordeaux a déclaré coupables les marins pêcheurs professionnels, des faits de violation de la réglementation en matière de pêche et de mise en danger de la vie d’autrui.