Début du combat : 19/12/2018

 

RÉSUMÉ DE LA SITUATION  

Dans le cadre du programme sur les espaces marins pour la période de 2020-2026 le gouvernement fédéral de Belgique a approuvé une proposition pour la construction d’une île artificielle en face de la côte de Zeebrugge et de Knokke-Heist. Les ministères concernés promeuvent cette île comme étant un test afin de trouver un moyen de protéger les côtes de futures tempêtes. Or, selon certaines rumeurs, cette proposition prévoirait par la même occasion la création d’une sorte de canal permettant le transport maritime le long de la côte. La ville de Knokke-Heist étant une station balnéaire, un tel projet réduirait considérablement le tourisme et par conséquent, nuirait à l’économie locale. Une entreprise d’ingénierie hollandaise a notamment évalué la proposition, et l’a indiqué comme non viable. Ce projet va aussi affecter la qualité de l’eau, du surf et les conditions des différents espaces marins.   

A ce jour, le gouvernement a seulement approuvé un plan pour une proposition, et non le projet en lui-même.  Une consultation publique auprès du MSP s’est terminée le 28 Septembre 2018 et pour que celle-ci soit rendue possible, en amont, des milliers de signatures avaient déjà été obtenues à l’encontre du projet.  

LES DÉFENSEURS 

Nos défenseurs sont issus de l’antenne des Coastal Defenders en Belgique, notamment Peter et Antoine (Antoine a été élu au conseil du gouvernement local).  

FONDEMENTS JURIDIQUES 

Ensemble, nous dénonçons les irrégularités et les zones d’ombres qui ont permis à Total l’obtention de cette prorogation. Nous avons formé un premier recours juridique auprès du Tribunal administratif de Cergy contre l’Etat, sur les fondements du “déni du droit à la participation du public du fait de l’absence de saisine de la Commission nationale du débat public (CNDP) qui a pourtant rappelé qu’elle était obligatoire; l’absence d’expertise et l’incompréhension du dossier des commissaires-enquêteurs chargés d’émettre un avis argumenté sur l’étude d’impact environnemental de Total; les lacunes de la modélisation en cas de marée noire et des risques pour les pays et territoires voisins”.  

Le principal problème réside donc dans le manque de transparence du projet.  

NOTRE DEMANDE  

Notre objectif commun est d’empêcher la création de cette île. La mobilisation mise en place actuellement a donc pour principal objectif le retrait cette proposition du MSP. Cependant, si une consultation publique est lancée afin de valider ce projet d’île, d’autres mesures devront être prises.

Chronologie des faits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *